Nouvelle Eglise St-Germain

Nouvelle Eglise St-Germain

Depuis la Réforme protestante, les deux religions se partageaient l'unique église du village. Or en 1841, le curé François-Joseph Martin exprime son souhait de construire une église réservée aux usages des catholiques. Grâce à sa ténacité et à son énergie, il collecte des fonds importants qui permettent en 1843 de choisir l'emplacement du nouveau sanctuaire et d'envisager sa construction.

Le 4 octobre 1845, l'église nouvelle, également dédiée à St-Germain, est consacrée par Mgr Bagnoud. Sans relief d'originalité particulière, l'architecture du bâtiment révèle toutefois des dimensions imposantes.

L'ornementation intérieure présente de belles réalisations. Noble maître-autel sous une toile de fond illustrant le patron du lieu, St-Germain. Autel latéral de gauche dédié à la vierge et à droite St-Amédée, évêque de Lausanne. Quelques belles statues et colorations iconographiques, chemins de croix, chandeliers et vitraux, ainsi qu'une galerie et un orgue de valeur confèrent à son intimité spirituelle une oeuvre de sereine dignité.

Ancienne Eglise St-Germain et son retable

Ancienne Eglise St-Germain et son retable

L'ancienne église, dédiée à Saint-Germain, a été édifiée au Moyen-Age. Elle se trouve au centre du village, sur un promontoire, comme pour lui donner toute l'importance qu'on attend d'un lieu spirituel.

Bien qu'ayant subi des modifications au fil du temps, on peut y admirer encore aujourd'hui sa nef, qui date de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle, et son choeur reconstruit en 1453-1454. Les voûtes en croisées d'ogives et les peintures murales d'époque confèrent au lieu toute son authenticité, tout comme les deux chairs montrant que l'église sert aux deux religions.

En 1717, la construction du clocher-porche apporte l'accent vertical et monumental qui manquait à cet édifice. C'est probablement à ce moment-là que le clocher-arcade, qui dominait le mur entre le choeur et la nef, fut démoli. En 1744, la toiture du choeur fut modifiée pour en aligner le faîte avec celui du toit de la nef, ce qui imposa une surélévation des murs. En 1769, on construit une petite sacristie dont le plafond est une voûte en berceau.

L'église actuelle est le résultat de ces différentes étapes de transformation. Elle se compose dès lors de quatre parties distinctes par leur fonction, leur forme, leur style et leur âge : le clocher, la nef, le choeur et la sacristie.

Croix des "rogations"

Admirablement mises en valeur aux alentours du village, plusieurs croix dites de "rogations" relèvent de la spiritualité catholique qui habitait le village aux siècles passés.

Les rogations, du latin rogare qui veut dire demander, sont des prières d'intercession s'exprimant au cours de processions à travers la campagne, généralement lors des trois jours qui précèdent l'Ascension. On y demande à Dieu de bénir les travaux des champs et faire fructifier les récoltes.

En 2010, afin de conserver ce témoignage du passé, les croix ont été restaurées et leurs abords aménagés et désormais ornés de fleurs.

Etangs du Bois aux Allemands et arboretum

Etangs du Bois aux Allemands et arboretum

Des aménagements remarquables ont été entrepris en 2008 au lieu-dit "Bois aux Allemands" afin de proposer un site plaisant au coeur de la nature. Une partie de cette zone étant passablement humide, la commune a pris l'option d'y creuser deux étangs, offrant ainsi un cadre de vie pour animaux de plan d'eau et flore aquatique.

Un chemin de copeaux et des passerelles conduisent près des points d'observation qui permettent d'apprécier la beauté de la faune et de la flore; on y trouve également des explications sur les espèces qui se sont appropriées cet habitat.

 

Dans le même espace, un sentier didactique fait découvrir l'arboretum, composé d'une trentaine d'essences indigènes. La description de chaque arbre y est habilement reportée sur des panneaux ludiques qui conviennent à petits et grands. La découverte de ce havre de paix vous permettra de profiter d'une pause sur l'air de pique-nique, à l'ombre de sapins majestueux.

Tumulus (tombe celtique)

Tombe celtique

Le Bois aux Allemands est aussi connu pour cacher des vestiges archéologiques, un tumulus datant du Premier âge du Fer (vers 600 av. J.-C.). Le tumulus d'Assens est connu depuis le XIXe siècle déjà. Son classement comme monument historique du canton de Vaud remonte à 1901, période lors de laquelle il a été fouillé sous la direction d'Albert Naef, archéologue cantonal. Il y a découvert les restes d'une dame de haut rang incinérées à cet endroit avec les diverses parures ornant sa sépulture. Après la fouille, la présence du tumulus a été signalée dans la forêt par un soubassement de gros boulets et une pierre gravée, encore visible aujourd'hui. Cette pierre présente l'inscription suivante :"Tumulus ouvert le 23.VII.1901. E.C.". Les initiales E.C. sont celles d'Ernest Chambettaz, habitant du village qui participa à la fouille avec son fils Dominique, ainsi que Joseph Chambettaz, garde forestier, et Emile Depierraz.

 

Le tumulus recréé vous enrichira de son histoire au travers d'explications et de descriptions relatives à la fouille au début du siècle dernier. Les objets mis au jour y sont également représentés.

Sentier du Talent

Sentier du Talent

Inauguré au printemps 2011, cette balade de quelque 10 km vous fait découvrir la région, avec pour compagnon de route la paisible rivière du Talent. Partant de Montheron, ce parcours pédestre balisé vous amènera jusqu'à Echallens, après avoir traversé les forêts d'Assens. Ainsi l'occasion vous sera donnée de découvrir le Moulin d'Assens, aujourd'hui reconverti en un restaurant d'excellente réputation.

L'itinéraire et des informations utiles vous sont détaillés sur le prospectus à télécharger ci-dessous.

Document(s) PDF à télécharger:

Dépliant : Sentier du Talent (721KB)

Chemin des Blés

Chemin des Blés

Notre commune a adhéré au concept de ce parcours didactique pédestre balisé d'une centaine de kilomètres, accessible à pied et à vélo. Pouvant se visiter en toutes saisons, il vagabonde entre champs et forêts avec pour toile de fond une belle vue sur les Alpes et le Jura.

 

Dans chaque localité, sur le tracé et en périphérie, un panneau double face suscite votre curiosité. Au recto, des éléments d’histoire et de géographie territoriale, l’indication de bâtiments significatifs, quelques descriptions de la commune. Au verso, la carte générale du Chemin des Blés et le positionnement du village, ainsi qu’un circuit, non balisé, à parcourir sur le territoire de la commune. A Assens, vous trouvez l’un de ces panneaux à la gare du LEB et dans le village, près de la salle du Battoir.

 

Selon les saisons, des balades à thème sont organisées.

Pour plus de renseignements, consultez le site du Chemin des Blés ci-dessous.
 

Office du tourisme de la Région du Gros-de-Vaud

Afin de découvrir la magnifique région du Gros-de-Vaud, visitez le site internet de l'Office du Tourisme.